Art-thérapie et troubles des conduites alimentaires. Évaluation en follow-up

Jean-Luc Sudres, Aurélie Bordet, Gilles Brandibas
, 2020
lien externe
Public cible: adultes

Approche: art-thérapeutique, psychanalytique/psychologique

Problématique:

Support: article

Langue: français

La nécessaire approche pluridisciplinaire et la durée des Troubles des Conduites Alimentaires (TCA) ne favorisent guère l’approche évaluative en follow-up, même lorsqu’il s’agit d’un programme standardisé. Les rares travaux menés sur l’impact de thérapies éclectique, familiale et cognitivo-comportementale, respectivement à un, quatre et cinq ans après la fin de la thérapie, ne parviennent pas à montrer ce qui a été bénéfique pour ces patients dans les thérapies suivies. D’un autre côté, l’art-thérapie est souvent posée comme une démarche non médicamenteuse clef pour ces patients en proie à la maîtrise, la rationalisation et l’anesthésie affective. Mais là aussi, par-delà l’engouement souvent constaté, le manque de preuves est aussi flagrant que l’absence d’une méthodologie évaluative ad hoc. Il s’agit dans ce travail de réaliser une évaluation des effets et représentations d’une prise en charge par l’art-thérapie en follow-up (sept ans). Puis de réaliser une typologie différentielle de l’efficacité art-thérapique des sujets guéris (TCA passés) versus sujets non guéris (TCA actuels). Population : 53 femmes (âge : 32,7 – ET : 9,27) dont 27 TCA actuels et 26 TCA passés de TCA, non hospitalisées depuis cinq ans et ayant bénéficié d’une prise en charge art-thérapique. Questionnaire adapté du Vécu de l’Échelle Clinique de Thérapies Médiatisées-Art-thérapie (ECTM) de Sudres. La psychothérapie analytique est la démarche de soin qui différencie les TCA passés des TCA actuels. Elle est donc un facteur prédictif dans le processus de soin. L’art-thérapie constitue la démarche de base et l’articulation clef pour amener le sujet vers les espaces thérapeutiques essentiels (thérapie psychanalytique et thérapie corporelle). Le rapport coût/bénéfice/efficacité devient probant pour l’art-thérapie. Des recommandations de bonnes pratiques d’ateliers d’art-thérapie avec des sujets TCA peuvent être esquissées. Par ailleurs, la nécessité d’évaluer ces pratiques avec des outils spécifiques requiert une modélisation ad hoc et une formation des art-thérapeutes.
In: Annales médico psychologiques, 2020-01, Vol.178 (1), p.52-59